Pages

dimanche 14 janvier 2018

Une année pour donner envie d'apprendre


Ça y est, la date de parution de mon deuxième livre est arrêtée ! 😄 

Cela me fait un peu drôle, car dans les faits, les textes sont encore dans mon ordinateur ... ou dans ma tête, car il me reste un petit quart à rédiger d'ici fin février. Vous pensez comme je suis en plein rush en ce moment ... et pas du tout en train de me réjouir à l'idée du produit fini ! 😄 

Lorsque je suis en phase d'écriture de livre, je me régale, mais je n'ai plus aucun temps libre. Deux métiers à plein temps, lorsque les journées ne font que 24 heures et qu'il y a "tout le reste" à gérer, c'est sûr : c'est dur. Pour que tout puisse rentrer (et en particulier, le temps consacré aux miens), on s'organise.

Le dimanche, par exemple, comme aujourd'hui qui s'achève, est synonyme pour moi d'une grosse journée de travail, puisque mon Homme peut gérer largement les enfants.  Nous prenons le petit déjeuner tous ensemble, puis je file écrire jusqu'à la fin de la matinée. Les enfants font de la musique ou des jeux avec leur Papa, lisent ou jouent librement. Je reviens faire à manger, nous passons à table, puis mon Homme emmène les enfants faire une très grande promenade jusqu'à l'heure du goûter, pour que je puisse travailler. Lorsqu'ils reviennent, je me rends disponible pour un jeu, une lecture partagée ... A 17h30, les enfants prennent leur douche (toujours supervisés par leur Papa), pendant que je lance le dîner. De 18h à 19h, c'est mon cours de musique hebdomadaire (mon Homme est mon professeur !), les enfants ont pour consigne de ne pas nous déranger et de jouer dans leur chambre. 19h, je termine rapidement le dîner, nous passons à table. Suit la toilette, la lecture et une petite séance de sophro avec les enfants (je vous en reparlerai), qui sont couchés à 20h30. Je me remets au travail jusqu'à ce que je m'écroule devant l'ordi. Mon homme essaie de m'attendre en travaillant son piano ou en regardant un film (avec casque dans les deux cas). C'est dense, mais l'essentiel est que chacun parvienne à passer du temps avec chacun. Le boulot, c'est important. Mais notre vie qui passe l'est encore plus !!! ❤️ 

Et ce livre, donc ?

Ce volume se consacre aux 6/12 ans, pour lesquels il n'existe pas grand chose, je trouve, en terme de pédagogie domestique. Au programme ici : Lecture, Écriture, Mathématiques, Sciences, Arts, Histoire et Géographie. Le tout en adéquation avec les pédagogies alternatives ludiques que j'utilise au quotidien. J'espère que vous aurez autant de plaisir que nous à réaliser les très nombreuses séances de ce gros gros livre et j'ai hâte de vous le faire découvrir plus avant ! 

Cela vaut bien quelques nuits blanches, non ? 😊   

mercredi 10 janvier 2018

Fêtes des saisons : Sommaire


Lorsque mes enfants étaient âgés de 2 et 3 ans, j'ai ressenti le besoin d'ancrer ma famille dans des traditions qui ne m'avaient pas été transmises ... Je décidais alors, vous vous en souvenez peut-être, que nous fêterions chaque équinoxe et chaque solstice.


J'avais un peu peur, alors, de m'isoler dans une espèce de lubie : car enfin, QUI fête les saisons de nos jours ???

"Maman, la Nounou nous a dit qu'on était les seuls à fêter les saisons ?!"

Forcément, ça devait arriver. Et même si cette phrase est lancée avec légèreté par les enfants, qui, de toute façon, se contre-fichent (pour le moment) d'être les seuls ou non dans la mesure où EUX adoooorent célébrer les saisons, je ressens une petite pointe au cœur. Aïe, cette fichue impression d'élever mes enfants hors du monde. En décalage. Et cette petite peur qui va avec - peur qu'ils souffrent un jour de n'être pas "comme tout le monde" ...

Tâchons de considérer les choses avec objectivité. Mon entourage exprime parfois des réactions de surprise, donc. Soit. Mais finalement, en y regardant de plus près, je dirai qu'au contraire, ces petites fêtes "à notre sauce" nous connectent au reste du monde. Car enfin, ouvrez les yeux : TOUT LE MONDE fête les saisons (sauf notre Nounou, soit).

La preuve ? Les Schtroumpfs. 😊 Leurs aventures sont tissées de fêtes saisonnières. Trois albums sur quatre commencent par une grosse fiesta d'équinoxes - qu'ils semblent préférer aux solstices, oui, oui, j'ai étudié la chose d'assez près. Ha, alors, vous voyez bien qu'on n'est pas les seuls, hein ?

Hein ?

Bon, mais il n'y a pas que les Schtroumpfs. Une poignée de minorités, depuis l'aube de l'humanité et dans tous les endroits du globe, célèbrent les changements de saisons. Par exemple, en vrac, les Celtes, les Égyptiens de l'Antiquité, les Chinois anciens et modernes, tous les Chrétiens quelle que soit leur confession, les Aztèques, les Incas, les Mayas, les Étrusques, les Maures, les Arabes, les Perses, les Hommes et les Femmes du Moyen Age, et ceux de la Préhistoire. Des minorités, vous dis-je. 😊


Pour moi, fêter les saisons, c'est d'abord me sentir reliée à la Terre. Qui daigne nous porter, nous et nos petites familles, et dont les cycles naturels laissent en nous des empreintes si subtiles ... Elle mérite bien qu'on la célèbre ... au moins quatre fois dans l'année !!

C'est aussi une manière de m'ancrer dans une Culture ancestrale mondiale. Il s'agit peut-être d'une "nouvelle tradition", un peu excentrique, aux yeux de certains, mais pour nous, c'est le contraire. C'est l'occasion d'une véritable communion humaine, qui se fait au-delà du temps, de la géographie ou des religions.

Et sans aller si loin : je me sens reliée à vous ! Car nombreuses sont les familles (et même les classes !) qui m'écrivent pour me dire qu'elle célèbrent les saisons. Et que ça leur parait tellement simple, logique, et bénéfique. 💓

Isabelle Simon, Petites déesses et petits dieux

C'est une véritable communauté qui se construit autour de ces fêtes qu'il nous fait tant de bien de ressusciter !

C'est bientôt la Nounou des enfants qui va bientôt se retrouver "être la seule qui ...", je vous le dis, moi ! 😉

Je n'ai pas consacré d'articles cette année à nos fêtes des saisons. D'abord par manque de temps, mais surtout parce qu'elle sont assez répétitives. Mais comme je reçois beaucoup de questions les concernant lorsque je les évoque, je voulais, dans l'article du jour, concentrer tous les liens vers les articles les décrivant.

Sommaire des articles "Fête des saisons"


(Cliquez sur les intitulés pour accéder aux articles)

Équinoxes de printemps

- De nouvelles traditions.
- Fête du printemps 2014.
- Fêtes du printemps des lectrices 2014.
- Fête du printemps 2015.
- Fête du printemps 2016.

Solstices d'été

- Fête de l'été 2014. 
- Fête de l'été 2015.
- Fête de l'été 2016.

Équinoxes d'automne 

- Fête de l'automne 2014.
- Pour 2015, allez lire aussi la fête des Petits Homeschoolers ICI...
- ... et celle de Crapouillotage LÀ.

Solstices d'hiver

- Fête de l'hiver 2014.
- Fête de l'hiver 2015. 
- Fête de l'hiver 2016.

Et puis, et puis, je posterai peut-être tout de même les photos de nos fêtes saisonnières 2017 ... si vous n'êtes pas fatigués de voir des photos de lutins, de pique-niques, de feux de camp et de sablés ... Car oui, c'est un peu toujours la même chose, mais c'est aussi ce qui est bon ! 😊

Je vous souhaite à tous de belles reconnexions - qu'elles soient saisonnières ou non !

À très bientôt !

dimanche 7 janvier 2018

{J'ai lu : } Manifeste pour la Terre et l'Humanisme


À chaque fois que je partage nos lectures pour enfant, il y a quelqu’un pour me demander : "Mais TOI, que lis-tu ?" Une sorte de pudeur m’empêche souvent de répondre à cette question – je n’aime pas trop raconter ma vie, en fait, et je trouve que nos lectures nous définissent … beaucoup, peut-être trop !😊

A tel point d’ailleurs qu’un livre est souvent une vitrine. Vous entrez dans un bar ? Posez votre roman en cours bien en évidence sur votre table, il sera un peu comme une étiquette. Beaucoup de gens le font pour cette raison, je pense, plus ou moins consciente. De même, sur les réseaux sociaux, on voit se multiplier des posts d’une simplicité extrême : une photo du livre en cours, sans aucun commentaire ou retour. « Je lis ça », est visiblement un énoncé qui se suffit à lui-même.

Je sais donc que si je partage mes lectures, je m'enferme, du même coup, dans une sorte de stéréotype de moi-même. C'est pourquoi j’ai réfléchi longtemps avant de me décider, mais je me dis que je n'ai pas grand chose à perdre à tenter la chose sur quelques mois. Quitte à tout arrêter si je commence à m'asphyxier moi-même. 😊

D'un autre côté, réaliser une synthèse de chaque lecture est un exercice intellectuel intéressant, et qui permet de garder trace. Il me semble que j'aurai plaisir à revenir à mes notes - parce que mes lectures tissent mon rapport au monde (et ma parentalité en particulier) au jour le jour. D’ailleurs, vous verrez, les 3/4 des livres que je lis concernent l’éducation de près ou de loin.😉

Ah, ça y est. Vous les voyez venir ? Stéréotype et Asphyxie.  
 
Tant pis. Hier, j'ai terminé :



J’aime bien Pierre Rabhi. Je crois qu’il est l’un des seuls penseurs de notre situation socio-économique à replacer le débat dans le cadre qui est le sien : le Cosmos. La partie de l’ouvrage intitulée « La Symphonie de la Terre » est à couper le souffle. Pour moi, c’est le genre de vision qui me fait du bien. Car enfin, mon seul réconfort dans le fait que l’Homme soit en train de se suicider (enfin, de suicider ses enfants) est de penser que l’Univers n’en a cure. Que les corps célestes continueront leur danse froide et glacée, silencieuse, à la fois d’une extrême paix et d’une extrême violence, et que l'Humanité ne leur fait même pas l’effet d’une piqûre de puce.

« On peut imaginer le regard des cosmonautes dirigé vers la sphère mère, suspendue dans le firmament comme un véritable joyau avec ses reflets, ses couleurs évanescentes à dominante bleue. On peut imaginer, mêlée à la satisfaction d’avoir accompli une prouesse jusque là inimaginable, une probable angoisse insidieuse dans le cœur des terriens. Car du point de vue où ils la considèrent, la planète Terre apparaît avec une évidence grave et lumineuse comme la seule petite oasis de vie dans un incommensurable désert astral et sidéral. (…) J’ai entendu dire que des cosmonautes russes et américains, réunis pour je ne sais quelle circonstance, éclairés par leur exceptionnelle expérience, s’affligeaient de l’inanité des querelles idéologiques, politiques, religieuses de l’espèce humaine dans le contexte d’une réalité qui devrait inspirer la solidarité la plus profonde et déterminée. » (p. 67-68)

(Tenter d’imaginer la course de notre planète dans l’espace est l’un de mes sujet de méditation favori, d’ailleurs. Et un des plus efficace, une sorte de méditation express, qui me recentre en quelques secondes chrono. Je ressens un grand coup de stress ? Pense au Cosmos, ma fille, pendant deux petites minutes. Ah, ces masses gigantesques de roche et de gaz lancées dans l’espace à toute berzingue... Puis reviens sur Terre : où ça, du stress ? Allons donc. Qu'est-ce qu'on est bien en place, sur le plancher des vaches ...😊)

Les écrits de Pierre Rabhi ne sont pas réjouissants. Mais ils ne sont pas tristes non plus. Sans doute grâce à cette hauteur de vue.

Pierre Rabhi se définit comme un paysan ; pour moi, il est avant tout philosophe. Ses pages sur la Conscience humaine comme reflet de la Beauté du monde, sa définition très poussée de l’Humanisme contemporain, tout cela le place dans une lignée de penseurs classiques et modernes - il en a d'ailleurs pleinement conscience et a lu ses classiques. 😊

Et l'éducation, dans tout cela ?

«  Dans l’ordre du possible constructeur d’humanisme, nous pouvons éduquer les enfants à la solidarité, au respect de la vie, à la gratitude, à la modération et à la beauté qui s’offre à profusion à notre admiration. On voit s’ériger des générations d’enfants qui faute d’un éveil à la vie sont réduits à n’être que des consommateurs insatiables, blasés et tristes. L’éducation ne semble pas prendre en compte les fantasques mutations du monde et la nécessité de préparer les générations à venir aux grands défis du temps présent. Une réforme profonde nécessiterait entre autres d’abandonner l’esprit de compétition pour la complémentarité et l’émulation, d’encourager le rapprochement avec la nature pour mieux la comprendre et la respecter, de réhabiliter le travail et l’intelligence des mains. » (p. 97)

L'éducation est bien sûr au cœur de la problématique humaine – l’a toujours été – et est présente, sous la plume de Pierre Rabhi, en filigrane, à chaque détour de phrase. Mais le paragraphe ci-dessus est le seul de l'ouvrage qui soit entièrement consacré à ce sujet, et l'un des seuls d'ailleurs qui offre des amorces de "solutions" pratiques.

Car à aucun moment l’auteur ne nous dit ce qu’il faut faire. Si vous cherchez des conseils sur la manière de mener votre vie, ce qu'il faut acheter, où il faut vivre, etc., passez votre chemin. Pierre Rabhi ne fait pas dans le "Faut qu'on/Y'a qu'à". Pierre Rabhi décrit, et dit : Voilà, tu sais maintenant. À vrai dire, tu le savais déjà. Tout le reste ne concerne que ta conscience.

« Par conscience, j’entends ce lieu intime où chaque être humain peut en toute liberté prendre la mesure de sa responsabilité à l’égard de la vie et définir les engagements actifs que lui inspire une véritable éthique de vie pour lui-même, pour ses semblables, pour la nature et pour les générations à venir. » (p. 11) 

Hein qu'c'est dur, la Liberté ... 😶

jeudi 4 janvier 2018

Le top des cadeaux de Noël !




Alors, je suis sûre qu'à la vue de cette sélection, vous ne devinerez pas du tout quelle est la passion de Louiselle depuis plus d'un an maintenant ? 😄 Non, hein ? Allez, je vous donne un petit indice ICI ...😄

Du coup, concernant la Damoiselle, il est très facile de réussir un cadeau : si il y a un "vous-savez-quoi" dedans (avec des ailes et/ou une corne, c'est encore mieux ...), c'est bingo. Toute la famille a largement exploité cet engouement, des Legos aux figurines en passant par les peluches ... Et sans surprise, la Damoiselle fut comblée.

Pour Antonin, les choses sont nettement plus compliquées. Ses stocks de trains Brio ou de Playmags, auxquels il joue beaucoup, sont largement suffisants pour alimenter ses jeux. Les Legos, à notre grande surprise, ne remportent pas un engouement formidable : si le Damoiseau construit avec plaisir, il n'aime pas détruire son travail. Comme il ne joue pas, à proprement parlé, avec les Legos, il a tendance à s'en détourner dès que les constructions sont achevées.

Lorsqu'on lui demande ce qui lui ferait plaisir, il répond invariablement : "Des surprises !". 😄 J'avoue que la tâche n'est pas toujours aisée ... Mais cette année, entre l'élevage de triops offert par l'Oncle Sèv, et le tapis de jeu en laine feutrée de Grand tante Annie,  je crois qu'il a été comblé. Et bien sûr, les livres, les puzzles et les jeux de société restent des valeurs sûres ... Mention spéciale pour le hockey de table offert par l'oncle Flo, qui permet de belles rigolades en famille !

Et chez vous, quels sont les jouets favoris de vos petits ? Est-il facile de leur faire plaisir ?

mardi 2 janvier 2018

Premier récit (avec un peu de grammaire dedans)


Une invitation/provocation, en pédagogie, ce n'est pas forcément une installation complexe. Parfois un tout petit changement dans l'environnement de l'enfant va l'amener à travailler différemment. La preuve chez nous, la semaine dernière. 😊

Lundi :

Je mets à disposition des enfants de toute petites chutes de papier à dessin que je rechigne à jeter. Elles mesurent entre 5 et 10 cm de côté et je ne vois pas trop qu'en faire. Je suis loin de me douter alors que ce petit bout de matériel va engendrer un grand projet. 😊

Ma première constatation, quelques heures plus tard, c'est que ça plait. Les deux enfants sont penchés sur le papier, ce n'est que conciliabules et éclats de rires. Antonin est armé d'un beau feutre à dessin chipé à son Papa. Ma foi, cela m'a tout l'air d'un chouette moment entre eux : les enfants sont dans leur délire - comme bien souvent, et j'avoue que je le remarque à peine, sur le coup. 

Mais quelques heures plus tard, en retrouvant les productions, je constate que ce format inhabituel a induit chez Antonin des dessins finement travaillés, détaillés, d'où il ressort une énergie rare (cf. illustration ci-dessus).

Nous décidons donc de coller immédiatement tous ces petits morceaux de dessins sur une grande feuille blanche, afin de les conserver dans notre port-folio. Antonin appose la date au dos de l'œuvre, fièrement, comme d'habitude (à l'aide de son dateur chéri, vous en ai-je déjà parlé ?).

Mardi :

Le dessin, bien sûr, traine. Il n'a pas été rangé tout de suite. Nous hésitons à l'afficher quelque temps quelque part - peut-être sur le réfrigérateur, ou dans la chambre d'Antonin. Il nous semble qu'il en vaut la peine, mais pour le moment, il traine.

Louiselle tombe dessus et s'y penche, se remémorant sans doute le bon moment de la veille, et se met à raconter les dessins de son frère. Soudain, quand on l'écoute, ils semblent tenus par une unité, un peu comme les vignettes d'une BD. Antonin et moi sommes attentifs, une idée se fait jour dans ma tête... Mais je préfère attendre un peu. De toute façon, il est l'heure d'aller dormir. 😊

Mercredi :

Je reprends la feuille - qui traîne toujours, et demande, un peu solennelle : "Vous vous souvenez de l'histoire que Louiselle racontait hier en regardant ce dessin ?". Moui. Ils se souviennent. Peut-être un peu. Pas bien. Bon, je déclare qu'on va essayer de coucher par écrit l'histoire que racontent ces chouettes dessins. Que je vais prendre leur récit en note, parce qu'on va commencer à écrire une histoire.

Comme très souvent dans cette situation de passage de l'oral à l'écrit, l'imagination des enfants semblent bridée. Ils essaient de formuler les images qui traversent, fulgurantes, leur imagination colorée. Mais ils y parviennent mal, et s'accrochent au figuratif : le dessin. Leur discours verse dans le descriptif : "Il y a un pirate ... et un escargot ... et une maison ....".

Pour l'adulte, il y a un côté un peu désespérant, que je connais bien pour l'avoir souvent éprouvé en classe : quoi ? Où est passée le récit foisonnant de la veille ? Mes enfants ne sont-ils même plus capables de produire des phrases ?

Je le sais bien : écrire est, depuis mon enfance, ma passion et ma croix. Je sais que ce n'est pas facile, oh ! Je sais que tout texte, aussi satisfaisant qu'il soit à l'état final, a d'abord émergé en l'état d'embryon. Une suite de noms. Par exemple.

Allons-y pour des noms. Ça tombe bien, Antonin sait parfaitement ce que c'est, un nom - et Louiselle a déjà rencontré cette notion à travers les travaux de son frère, elle ne lui est pas inconnue. Recueillons donc ces noms pour ce qu'ils sont : la condition de possibilité de notre histoire, notre point de départ.

J'attrape une feuille de papier et trace un beau tableau. J'intitule la première colonne "Noms" et je pose la question aux enfants : "Alors, redis-moi et j'écris. Qui est-ce, là, sur tes dessins ?". Je note, scrupuleusement, sans rien changer.


Je relis tout cela et conclus : "Voilà, tout ça, ce sont des noms. Notre histoire va parler de ces personnes et de ces objets. Maintenant, j'aimerai en savoir un peu plus sur eux. On va ajouter des adjectifs : tu vas me dire comment chacun de ces objet, chacun de ces personnages, est."

Et zou : "Il y a un pirate. Comment est-il, ce pirate ? - Méchant. Bien. Et ses amis, commet sont-ils ? - Méchants aussi. - Donc, j'écris "méchants". Et l'escargot ?". La deuxième colonne se remplit, et je termine en relisant le tout, sans commentaire : "Donc, on a : le pirate méchant, les amis du pirate méchants, un escargot gentil...".

"Super. Et maintenant, tu vas me dire ce qu'ils font. Je réserve une colonne pour les verbes, tu vois ?"


(N. B. En vrai ce sont des groupes verbaux plutôt que des verbes. Tant mieux, c'est plus riche)

Laissons tout cela décanter. De toute façon, il est l'heure d'aller dormir. 😊

Jeudi : 

Je reprends notre tableau : "Aujourd'hui, on va écrire notre histoire, celle à laquelle on travaille depuis plusieurs jours déjà". Je lis chaque ligne, à la suite, comme je le ferais de phrases. Puis je propose de me faire secrétaire : "Observe ton dessin, il va t'aider à raconter l'histoire. Moi, je note ce que tu me dis. "

La magie opère : Antonin est lancé. Loin d'être prisonnier de nos notes, il énonce un texte qu'il a eu le temps de mûrir. Il ne fait que deux phrases, me direz-vous. Mais elles sont fort complexes. De la prise de note à la production finale, le travail de l'auteur s'est accompli. In fine, nous sommes face à une histoire ... brève, mais construite. 😊


Le fait que je me fasse secrétaire et prenne en charge la copie du texte énoncé libère Antonin, qui a 7 ans depuis trois jours, d'une surcharge cognitive. Il se concentre sur la production, sans se soucier de l'encodage. Dans un second temps, il copie son texte fièrement sous ses dessins - ce qui explique l'absence d'erreurs orthographiques, inévitables à son âge en  situation de production libre.

Et moi, je suis heureuse de vérifier ce que je crois depuis longtemps : que la grammaire n'est pas une science désincarnée et glacée qui n'a été théorisée que pour enquiquiner les écoliers. Mais qu'elle est un outil merveilleux qui aide des hommes à structurer et à exprimer leurs idées. Et à écrire. 

Voilà donc où nous ont mené nos petites chutes de papier à  dessin ... Heureusement que je ne les ai pas jetées ! 😊

dimanche 31 décembre 2017

Souvenirs de décembre {2017}

Collection de petits trésors du mois passé ... 


- Réaliser un joli "bonhomme-gâteau" pour célébrer la neige.

{D'après le numéro de pomme d'Api, décembre 2017}

- Confectionner des gâteaux de neige.


- Colorier l'Europe (Antonin, 6 ans et 11 mois).

{Figurines Safari (kit 1 et kit 2), et livres : Mon tout premier Atlas du monde, et L'incroyable Atlas du monde}

- Les enfants couchés, me transformer en lutin de Noël. 😊


- Etudier le son {ch} (Louiselle, 5 ans et 7 mois).


- Fabriquer de petites décorations de Noël à offrir à nos invités.

{Bâtonnets de glace, colle, raphia naturel, petites pommes de pin, badiane, branchettes de conifères ...
et beaucoup d'amour !}

- Tenter de se réalimenter après une bonne gastro ...

{Opération séduction ! 😸}

- Confectionner des pommes d'ambre pour distiller dans la maison le parfum qui va bien ...


- Squatter ma machine à coudre pour réaliser un petit coussin/doudou pour la petite cousine âgée d'un an. 💓


- Accrocher dans le sapin des boules de Noël qui nous ressemblent.

{Lavande séchée, plumes, fossiles, coquilles d'escargot, morceau de quartz, pomme de pin, coquillage, feuilles mortes ...}

- Réaliser "les biscuits de Noël les plus rigolos du monde entier" (dixit les enfants).


- Découvrir le système solaire.

{Fiche jolie et simplissime, planétarium et livre vintage}

Bonjour, Janvier ! 😊


Et : Bonjour, 2018 !! 😄

jeudi 28 décembre 2017

Pour Coralie : Fermeture du Pot Commun


L'avez-vous su ? La petite Coralie a reçu son dernier traitement il y a quelques semaines, et est officiellement en rémission. Cela signifie que d'ici 3 ans, s'il n'y a pas de rechute, elle pourra être déclarée guérie. Quel soulagement ce sera alors de la savoir hors de danger, et de me dire que cette petite fille, à peine plus âgée que mon fils, aura la possibilité de vivre sa vie ! 💓

J'aimerai vous dire que la leucémie n'est plus qu'un lointain souvenir pour Coralie et sa famille, mais bien sûr, il n'est est rien. L'enfant reste fragile, et l'expérience a été traumatisante. À la fin du parcours, la famille s'aperçoit que rien de tout ceci ne s'effacera jamais. Elle est marquée au fer rouge et devra panser des plaies vives pour longtemps. L'adrénaline du combat retombe, et la fatigue accumulée tout au long de ces deux longues années, s'abat.

Les séquelles ne sont pas qu'émotionnelles et physiques, elles sont aussi financières. Vous le savez, vous qui avez suivi cette histoire, que les traitements de cette ampleur ont un coût exorbitant - et doivent être financés par les familles elles-mêmes dans la plupart des pays du globe... Dans ce contexte, le Pot Commun a été d'une aide véritable pour cette famille - et je voulais remercier à titre personnel tout ceux qui ont donné au cours des mois passés ! Grâce à cet apport, les parents de Coralie ont pu régler certaines dettes contractées pour financer le traitement de leur fille. Merci à vous pour cela !

Coralie est en rémission, mais les traitements se poursuivent aujourd'hui : elle doit prendre un médicament pendant 6 mois encore et appliquer sur sa peau 4 produits différents tous les jours afin de se sevrer de la cortisone ...

Malgré cela, l'heure est venue de clore cette épreuve, et de fermer le Pot Commun. Le mercredi 10 janvier à minuit, le compte sera verrouillé, et l'argent intégralement versé à la maman de Coralie en guise de modestes étrennes. Je sais que les frais auxquels doit faire face cette famille sont énormes, et j'espère qu'elle recevra un maximum, c'est sûr ! C'est pourquoi je me permets de vous relancer pour une dernière donation ... Chaque euro récolté compte !


Merci.

En cette fin d'année, où l'heure est aux vœux d'avenir, je souhaite que Marie-Josée et son mari aient la possibilité de penser un peu moins à leurs soucis financiers, afin de se consacrer pleinement à la guérison de leur histoire familiale. Je leur souhaite un peu de disponibilité d'esprit pour pouvoir prendre soin de leur peur et de leur fatigue - et de les dépasser. Je leur souhaite de pouvoir se concentrer sur l'essentiel et de jouir de leur bonheur retrouvé d'être vivants, ensemble.

Très bonne année 2018 à tous !